Dans une allocution prononcée à l’ouverture de la 8ème CIME : Dr Salim AlMalik déclare que l’ISESCO s’est engagée à devenir une institution respectueuse de l’environnement à part entière et invite les peuples du monde islamique à contribuer inlassablement à la protection de leur environnement et à la préservation de ses joyaux
October 2, 2019 0

Dans une allocution prononcée à l’ouverture de la 8ème CIME, ce matin au siège de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) à Rabat, Dr Salim AlMalik, son Directeur général, a souligné la planète bleue est en mauvaise santé et souffre d’une destruction globale de son écosystème, en indiquant que les ressources naturelles ont été polluées, les habitats de la faune et de la flore se sont réduits et le nombre des déplacés à cause de la sécheresse et des catastrophes naturelles a dépassé le nombre de réfugiés victimes de guerres et de conflits ethniques. Et d’ajouter que si cette situation persiste, environ 700 millions d’habitants, dont la plupart venant des Etats du monde islamique, vont devoir quitter leurs foyers à l’horizon 2030.

Il a indiqué que les rapports crédibles des institutions et instances spécialisées dévoilent des réalités et des statistiques effrayantes sur les changements climatiques, qui font redouter la hausse de la température de la terre et présagent de sérieux et dramatiques désastres menaçant les ressources naturelles, notamment si l’on sait que le nombre des catastrophes a doublé, passant de 599 en 2002 à 1100 en 2017. Et de se demander sur l’utilité des traités internationaux relatifs au climat, puisque ce sont les Etats puissants qui engendrent la plus grande partie des émissions à effet de serre et n’honorent pas l’engagement requis au niveau de la communauté internationale dans une telle question humaine. Ces Etats, a-t-il ajouté, se soustraient même des responsabilités légales qu’ils s’étaient engagés à assumer lors de la COP de Paris, en pleine prévalence des intérêts immédiats de l’avidité commerciale et industrielle.

Le Directeur général a clôturé son allocution comme suit : « En dépit de cette crise environnementale contemporaine, nous gardons un grand espoir en Dieu, en notre monde islamique, en la fédération des efforts et en l’action commune à l’intérieur et à l’extérieur du monde islamique. De même, nous avons l’espoir en les initiatives qualitatives sérieuses visant la protection et la préservation de l’environnement. » Il a souligné que l’ISESCO est prédisposée à coopérer sur de futurs programmes d’action avec toute initiative de la part des Etats membres dans le monde islamique, en déclarant que l’Organisation s’est engagée à devenir une Institution respectueuse de l’environnement à part entière, conformément aux normes internationales, et ce, en termes de gestion de son action et de ses activités quotidiennes avec les Etats membres et non membres.

Pour rappel, l’ordre du jour de la 8ème CIME comprend l’examen de nombre de rapports et projets de document sur l’environnement et le développement durable dans le monde islamique. Il s’agit notamment du Rapport de la 5ème Réunion du Bureau exécutif islamique pour l’Environnement, du Rapport sur les efforts de l’ISESCO dans le domaine de l’environnement et du développement durable entre les 7ème et 8ème sessions de la Conférence islamique des Ministres de l’Environnement ; Projet de mise en place du Réseau islamique de l’action environnementale et du développement durable ; Rapport sur le progrès accompli pour la création de l’ « Académie islamique pour l’Environnement et le Développement durable » ; Rapport sur le Prix du Royaume d’Arabie Saoudite pour la gestion environnementale dans le monde islamique ; Rapport sur le programme de célébration des capitales islamiques respectueuses de l’environnement ; et Rapport de l’ISESCO sur le Plan exécutif d’atténuation et de gestion des risques des catastrophes naturelles dans les Etats membres.

Concernant les projets, la Conférence examinera le projet de création d’une commission mixte OCI pour le développement durable, le projet de Stratégie d’activation du rôle des facteurs culturels et religieux dans la protection de l’environnement et la réalisation du développement durable dans le monde islamique et le projet de document d’orientation sur le rôle de la jeunesse et de la société civile dans la protection de l’environnement et la réalisation du développement durable.

Aussi sera-t-il procédé à la présentation des allocutions et rapports des chefs de délégation des Etats membres et des organisations internationales, de même qu’à l’élection du Bureau exécutif islamique pour l’Environnement (BEIE) et à détermination des lieu et date de la 9ème CIME.

Cette session vient après dix-sept années de la tenue en juin 2002 en Arabie Saoudite de la 1ère session, laquelle avait mis en place les premiers jalons de l’action islamique environnementale commune en adoptant le document constitutif « Engagement de Jeddah pour le développement durable ».

X
Skip to content