Le Directeur général de l’ICESCO appelle à l’autonomisation de la langue arabe
July 9, 2020 0

AlMalik : 25 langues humaines disparaissent annuellement et 90% des langues sont en danger

Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ICESCO), a appelé les institutions spécialisées concernées par les questions de langue arabe à redoubler d’efforts afin d’autonomiser cette langue sur la carte linguistique internationale. Et de souligner que cette autonomisation aux niveaux islamique et international est une responsabilité partagée et qui incombe à tout le monde, chacun dans son domaine, à la lumière d’une situation internationale qui sera marquée par des transformations radicales après la pandémie de COVID-19.

Lors de son allocution prononcée au lancement du webinaire de l’ICESCO, tenu aujourd’hui sous le thème : « La langue arabe pour les non arabophone après la COVID-19 : renouvellement des stratégies et développement des moyens et approches », Dr AlMalik a prévenu que 25 langues humaines disparaissent chaque année. Et d’ajouter que 90% des langues sont en danger à cause de plusieurs facteurs, en particulier l’utilisation par les jeunes des langues internationales les plus parlées et les plus bénéfiques, et des langues qui se développent rapidement pour suivre l’évolution de l’innovation, ainsi que l’inadaptation de nombre de langues aux transformations numériques et informatiques, le repli linguistique et l’incapacité des langues d’attirer de nouveaux apprenants.

De même, le Directeur général a déclaré : « L’ICESCO qui ne cesse d’appeler à l’accélération du développement numérique des systèmes éducatifs, dans le cadre de son slogan de lutte contre la pandémie de Corona « Faisons de la crise un bénéfice », a passé du traitement des répercussions négatives de la pandémie, à saisir les grandes opportunités qu’elle offre pour assurer la transition à l’école de l’avenir. Et d’ajouter que le « Foyer numérique de l’ICESCO » comprend un large éventail de projets et d’alternatives innovants, en soulignant que l’Organisation a eu recours au plus grand nombre possible de langues internationales courantes ainsi qu’aux langues locales d’Afrique ; le but étant de sensibiliser aux questions de la santé et d’assurer l’échange rapide des informations.

A cet égard, Dr AlMalik a cité nombre d’orientations de l’Organisation en matière d’autonomisation de la langue arabe, notamment :

  1. Ouverture à tous, musulmans et non-musulmans, grâce à divers contenus en langue arabe qui renforcent le dialogue et la connaissance mutuelle entre peuples et prennent en compte les objectifs des apprenants.
  2. Développement continu des programmes d’enseignement de la langue arabe aux non arabophones et diversification des ressources, outils et services.
  3. Accélération de l’implication des enseignants de la langue arabe dans la production et la publication numériques de son contenu pédagogique.
  4. Soutien et informatisation des langues transcrites en caractère arabe en Afrique et en Asie.
  5. Adoption d’une approche prospective qui prend en compte les futurs rôles de l’intelligence artificielle dans l’enseignement des langues, et les transformations culturelles et socioéconomiques affectant la carte linguistique internationale.

De même, il a passé en revue les principaux programmes et initiatives du Centre de l’ICESCO de langue arabe pour les non arabophones ; l’un des centres spécialisés de l’Organisation créé pour jouer un rôle pionnier en matière de renforcement des capacités nationales dans ce domaine. Il s’agit des initiatives suivantes : « Apprends la langue arabe et maîtrise-là à domicile » ; le Prix «Bayan» pour l’expression orale en langue arabe ; « Langues d’Afrique : ponts de culture et d’histoire », « Zidni ‘Ilman » destinée aux enseignants et aux orienteurs ; le programme des Centres nationaux et régionaux de l’ICESCO dans le domaine de la langue arabe pour les non arabophones ; le programme des Chaires universitaires spécialisées de l’ICESCO ; le programme de l’informatisation des langues africaines transcrites en caractère arabe ; et le partenariat avec la Banque islamique de Développement et l’ALECSO en matière d’élaboration d’un « Cadre de référence commun pour l’enseignement et l’apprentissage de la langue arabe ».

Au terme de son allocution, le Directeur général a remercié les hauts responsables des instances et centres régionaux et internationaux spécialisés, et les chercheurs et experts participant à ce webinaire, en les invitant tous à assumer leur responsabilité concernant l’autonomisation de la langue arabe, chacun dans son domaine.

X
Skip to content