Le Directeur général de l’ICESCO : il est temps d’apporter le changement souhaité dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique
September 22, 2021 0

Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ICESCO) a souligné qu’il est nécessaire que l’université du 21ème siècle suive le rythme des changements, relève les défis et réponde aux besoins d’un marché de travail en mutation, tout en s’appuyant sur la pensée critique et la science ouverte. Et d’ajouter que les universités doivent doter les nouvelles compétences, et les professeurs dans les domaines académique et de la recherche scientifique, des capacités leur permettant d’être en phase avec notre ère, et d’examiner la relation entre la formation et la recherche scientifique et les métiers de demain.

Ces propos relèvent du message vidéo adressé par Dr AlMalik au premier Forum régional pour la science ouverte dans la région arabe, abrité par l’Université Galala à la ville de Galala en Égypte et organisé par le ministère égyptien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en coopération avec la Commission nationale égyptienne pour l’éducation, les sciences et la culture, le Bureau régional de l’UNESCO au Caire et l’Université Galala.

Lors de la séance d’ouverture du Forum, dont les travaux ont été lancés mardi 21 septembre 2021, un message vidéo de Dr Khaled Abdel-Ghaffar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Président de la Commission nationale égyptienne pour l’éducation, les sciences et la culture, a été diffusé.

Dans son allocution, Dr AlMalik a salué le rôle de l’Université Galala qui appartient à la nouvelle génération d’universités et s’intéresse aux étudiants d’aujourd’hui dans le contexte de transformations majeures que connait l’enseignement supérieur actuellement. Il a également indiqué qu’il est temps d’apporter le changement souhaité dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Les jeunes d’aujourd’hui, a-t-il ajouté, disposent de capacités et d’aspirations différentes quant aux informations et à l’utilisation des moyens d’apprentissage, de même le modèle traditionnel de spécialisation et de domaine du savoir limité s’estompe devant le changement que connaissent les universités du 21ème siècle.

Le Directeur général de l’ICESCO a posé dans son allocution les deux questions suivantes : comment reconsidérer le métier d’enseignant-chercheur, qui se trouve face à des défis qui nécessitent de redéfinir ses tâches et son rôle ? et comment développer les compétences des étudiants de l’université du 21ème siècle, en adoptant la science ouverte et les ressources ouvertes ? Il a précisé que la réponse à ces deux questions nous permet de suivre les changements que connait le monde en matière de métiers de demain et des rôles renouvelables des universités, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Dr AlMalik a conclu son allocution en soulignant que l’ICESCO a réalisé, dans le cadre de sa vision prospective, des progrès remarquables dans la mise en avant de ce grand changement, à travers la tenue de conférences et séminaires internationaux, notamment le séminaire « Compétences et métiers de demain » tenu en avril 2021, ainsi que d’autres rencontres sur les mécanismes des applications de l’intelligence artificielle.

Par ailleurs, le Forum a connu une participation de haut niveau de nombre de présidents des universités égyptiennes, d’experts internationaux et d’universitaires spécialisés dans le domaine de la science ouverte, et de Dr Ghada Abdelbari, Secrétaire général de la Commission nationale égyptienne pour l’éducation, les sciences et la culture. L’ICESCO y a été représenté par Dr Raheel Qamar, Chef du Secteur des Sciences et de la Technologie, et Dr Omar Halli, conseiller du Secrétaire général de la Fédération des Universités du Monde islamique (FUMI).

X
Skip to content