Lancement des travaux de la 2ème Conférence internationale sur la lutte contre l’extrémisme violent au siège de l’ICESCO
June 9, 2022 0

L’Organisation du Monde Islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture (ICESCO) a accueilli mercredi 8 juin 2022 dans son siège à Rabat la 2ème Conférence internationale sur la lutte contre l’extrémisme violent : l’intelligence collective dans la lutte contre le terrorisme et l’élaboration de stratégies de lutte et de prévention contre l’extrémisme violent, organisée par l’Observatoire marocain sur l’extrémisme et la violence (OMEV) en partenariat avec l’ICESCO, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), la Rabita Mohammedia des Oulémas et le Policy Center for the New South (PCNS), et en présence de nombre d’experts, de chercheurs, de représentants d’organisations et d’institutions internationales et régionales, et de centres de réflexion et de stratégie.

La conférence, qui s’étale sur trois jours, a débuté par la récitation de quelques versets du Saint Coran, suivie de la présentation par l’Ambassadeur Khalid Fathalrahman, chef du Centre du Dialogue civilisationnel de l’ICESCO, de l’ordre du jour des séances, puis de l’allocution de Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation, dans laquelle il a affirmé que l’intelligence collective dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent constitue à la fois un moyen qui interroge, anticipe, ressasse et assimile, et une fin considérant le partenariat humain inspirant comme une exigence civilisationnelle.

Il a ajouté que les objectifs d’intelligence collective sont imposés par l’impérieuse nécessité d’élaborer des politiques et des mécanismes communs entre les différentes parties prenantes, et que l’ICESCO entend faire de ses compétences éducatives, scientifiques et culturelles des plates-formes vitales productrices d’idées et de plans solides en matière de lutte contre toutes les formes d’extrémisme. Et c’est cette vision que le Centre du Dialogue civilisationnel de l’Organisation encadre et en détermine les voies à travers une nouvelle approche qui s’est soldé par la publication de L’Encyclopédie sur la déconstruction du discours d’extrémisme dans le cadre d’un partenariat distingué entre la Ligue du Monde islamique et la Rabita Mohammedia des Oulémas.

Pour sa part, M. El Mostafa Rezrazi, président de l’OMEV, est intervenu sur les raisons du choix du thème de la conférence, en soulignant qu’il existe encore des anomalies dans la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme qu’on essaye de surmonter en recourant à l’intelligence sociale.

Dans une allocution vidéo, M. Weixiong Chen, directeur exécutif par intérim du Comité contre le terrorisme des Nations Unies, a souligné que les groupes terroristes se propagent dans un grand nombre de zones de conflit et que la pandémie de COVID-19 a accru l’ampleur des problèmes sociaux qui favorisent la violence, en appelant à la poursuite des efforts collectifs en matière de lutte contre la violence.

De son côté, M. Abdelouahed Jamali Idrissi, Coordonnateur des services de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, a souligné l’importance de la réinsertion des auteurs de crimes violents et terroristes et de la reformulation de leur comportement, en passant en revue les programmes d’intégration des détenus initiés par la Fondation pour renforcer leur position au sein de la société et établir une relation de confiance avec eux.

M. Habboub Cherkaoui, chef du Bureau Central d’Investigation Judiciaire (BCIJ) du Royaume du Maroc, a déclaré que s’attaquer résolument au terrorisme nécessite l’adoption de l’intelligence sociale et des formules optimales unifiant les visions, les propositions et les solutions aux fins de déradicalisation.

M. Abderrahim Hanin, directeur du pôle de suivi des affaires pénales privées et des libertés publiques au Ministère public, a souligné que les groupes terroristes ont développé leurs mécanismes d’action, puisqu’ils recourent désormais à Internet et aux hautes technologies qu’il fournit pour atteindre un large public.

M. Mohamed Loulichki, ancien ambassadeur auprès des Nations Unies et chercheur au Policy Center for the New South, a déclaré que l’éradication du phénomène du terrorisme est un défi majeur pour la communauté internationale qui déploie de grands efforts dans ce domaine.

M. Carlos Alexandre Monteiro Reyes, Directeur du Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique, a souligné qu’en soutenant le travail du Bureau, le Maroc adhère aux tendances onusiennes et à la formation des pays pour acquérir des connaissances et aborder les différentes dimensions du phénomène du terrorisme.

M. Mohamed Belkebir, chef du Centre de recherche et d’études sur les valeurs relevant de la Rabita Mohammedia des Oulémas, a déclaré que l’extrémisme violent est une création, car l’homme n’est pas né extrémiste, que ce comportement est causé par des groupes extrémistes, et qu’il est possible de créer l’anti-extrémisme.

Suite à la séance d’ouverture, la première séance fut lancée sous le thème : « Extrémisme et discours religieux : récits d’extrémisme et contre-récits ».

X
Skip to content